BABI : enfants (et parents) aux besoins intenses

Certains enfants ont besoin de la part de leurs parents de plus d’affection, d’attention et de patience. On les appelle des Bébés aux Besoins Intenses – BABI (en anglais High Need Babies – HNB). Ils vont très bien. Mais leurs parents ont besoin de soutien et de compréhension.

On dit souvent de ces enfants qu’ils sont « pleurnicheurs ». Certains les traitent cruellement de « sales gosses », qui pignent tout le temps (!!!!) et qui terrorisent leurs parents. Je préfère la définition que m’a apprise Justyna Dąbrowska, psychologue et fondatrice de la revue « Dziecko » (Enfants) – d’enfants non cajolés. Cette définition résout à mes yeux un problème : un bébé qui cri tout le temps peut être cajolé, mais il faut le cajoler encore plus souvent que vous ne pouvez l’imaginer.

 

BABI

Entre mamans, elles utilisent facilement le sigle BABI pour parler de leur enfant «  J’ai un petit BABI » et tout est clair. Cela signifie que vous préparez d’une main un sandwich et de l’autre vous tenez bébé dans vos bras. Cela signifie que le soir vous ne couchez pas bébé pour retourner à table avec vos amies. Vous avez le choix entre vous coucher avec bébé ou rester avec vos amies mais avec le cœur bien serré.

Une séparation si difficile

Ce sont des enfants que l’on ne peut pas « laisser de côté ». Votre bébé s’endort au sein et vous voulez vous libérer un peu de son poids afin de pouvoir pour un instant faire autre chose, aller aux toilettes, préparer à manger, faire une machine, vous étirer. Vous vous transformez alors peu à peu en maitre de tai-chi – avec un bébé endormi, pendu au sein, vous vous déplacez au ralenti vers son lit. Se pencher vers le lit dure une éternité, en respirant à peine, sans faire de bruits. Miraculeusement vous gagnez la bataille avec la gravité et votre bébé, comme en état d’apesanteur, roule de vos avant-bras vers le lit. Vous n’en croyez pas vos yeux : il ne s’est pas réveillé !

Vous gardez encore votre visage à proximité du sien afin d’éviter un courant d’air en vous éloignant. Enfin, vous vous retirez sur la pointe des pieds vers la porte. Et là, quand vous pensez que vous aurez un bon quart d’heure devant vous… vous entendez des pleurs.

Les critiques

La famille et les amis vous font part soit de leur compassion, soit de leurs critiques. Selon certains, c’est de votre faute : vous avez trop habitué votre enfant à être porté, cajolé, et voilà la conséquence. Ils ont tort.

Pendant 9 mois bébé a été habitué à être porté, bercé et au chaud. Bien-sûr chaque enfant était dans le ventre de sa mère et chacun ne réclame pas d’être non-stop dans les bras de sa maman. Mais les enfants sont différents et se différencient également par la façon dont ils vivent le processus d’adaptation à la vie après la naissance. Ils sont sensibles de différentes façons aux stimuli de l’environnement. Certains ont besoin de plus de calme, et le meilleur calmant reste le toucher et la proximité de maman ou de papa.

Une bonne intuition…

Si vous êtes parent d’un BABI, faites-en sorte de ne pas vous soucier des opinions de votre entourage et de vous concentrer sur ce que votre intuition vous dicte. C’est un outil formidable que la nature vous a donné, afin de répondre aux besoins de votre enfant. Il ne s’agit pas là de magie mais l’accord des émotions entre la maman et le bébé est un fait confirme scientifiquement. Au début de la maternité, c’est la partie droite du cerveau qui est particulièrement active chez la mère, celle responsable de la compréhension des émotions. La maman en sait bien plus sur ce que ressent son bébé qu’une personne qui observe à côté d’elle.  Mais l’observateur – bienveillant, sage – s’en ira. Cela devrait être quelqu’un qui vous connaît bien, mais qui comprend également ce qu’est la maternité, le développement de bébé. C’est bien d’avoir quelqu’un comme cela dans son entourage. Pourquoi ? Pour deux raisons.

L’empathie donne de la force

Une personne proche, qui vous soutient apporte quelque chose de simple mais de particulièrement nécessaire : l’empathie. Elle saura dire : je vois que tu fais de ton mieux, ce doit être difficile pour toi, tu peux compter sur moi, je ne te juge pas mais je te soutiens. Il est important d’avoir quelqu’un avec qui parler de ce que ressent chaque maman mais qui n’avoue pas toujours qu’elle en a vraiment marre. Sur la maternité, on parle souvent comme d’un formidable sentiment, de bonheur, d’amour et émouvant. Mais chaque maman aimante est également un être humain fatigué dont les besoins attendent d’être réalisés. Elle voudrait se reposer, se régénérer, revenir à sa vie d’avant. La maman d’un enfant « non cajolé » – en particulier. Son attention est permanente et cela lui prend extrêmement beaucoup d’énergie.

Comme dans un miroir

La deuxième raison pour laquelle il est utile d’avoir quelqu’un près de soi lors des débuts de la maternité, une personne qui pourra calmement analyser la situation. Un parent, comme chaque être humain qui fait des choses importantes, a besoin parfois d’informations en retour. Une personne honnête et franche peut être pour nous comme un miroir qui nous montre dans quel état nous sommes.

Parce que quand bébé regarde maman il ressent s’il est en sécurité. Dans les yeux de maman il voit s’il doit avoir peur. Si sur le visage de maman il voit de la tension, de l’inquiétude, de la tristesse dans ses yeux, bébé se sentira en danger. Les bébés sont pour cela équipés d’un véritable « radar ». Il perçoit très bien si maman sourit en surface et si à l’intérieur elle a peur ou s’inquiète, se sent triste ou seule.

N’ayez pas honte de demander de l’aide

Etre maman et en particulier d’un bébé qui réclame en permanence de l’attention, est très dur. Pour ce travail, sans vacances, on a besoin de soutien, de compréhension et d’aide. N’hésitez pas à demander de l’aide. Si vous faites face à des difficultés – parlez-en à une personne en qui vous avez confiance. Parfois le soutien d’un psychologue est nécessaire.

Souvenez-vous qu’au moins plusieurs dizaines de pourcents des mamans vivent une dépression postpartum. Elles doivent être absolument soignées, par le biais d’une thérapie ou parfois de médicaments – certains médicaments peuvent être prescrits aux femmes qui allaitent. Une personne en dépression a plus de difficulté à créer un lien avec son bébé.

Les BABI sont formidables

Revenons un instant aux BABI : si vous avez justement un enfant « non cajolé », ne vous inquiétez pas pour lui. Suivez votre intuition, réagissez à ses besoins. Soutenez-le, apportez-lui un sentiment de sécurité. Assouvissez son besoin en affection. Ces enfants, quand ils sont cajolés et compris, grandissent en de formidables personnes. Il n’est pas rare qu’ils aient besoin de beaucoup d’affection et de compréhension durant les premières années de leur vie qu’ils grandissent à toute vitesse. Entourés d’amour et acceptés sans conditions par leurs parents, ils seront conscients de leurs valeurs. Ils peuvent être sensibles et attentionnés mais ils s’en sortiront formidablement bien dans la vie.

Si vous ressentez un besoin de plus de soutien et de compréhension, cherchez sur internet des parents de BABI. Lisez le livre de Martha et William Sears « Le Bébé difficile : Vivre avec un bébé aux besoins intenses » (Ed. Ligue internationale La Leche), des auteurs précurseurs sur le sujet de la parentalité bienveillante. Ils ont eux-mêmes fait face aux besoins d’un enfant aux besoins intenses. Ils connaissent les comportement BABI en tant que parents mais également en tant qu’experts (infirmière et pédiatre).

Mettez-vous chaque jour en tête que vous êtes une bonne maman/un bon papa. Prenez soin de vous-même. Souvenez-vous que c’est justement votre sourire et votre calme qui feront le bonheur de votre enfant.

Autor: Whisbear

Mogą cię zainteresować

27.03.2018Conseils & Opinions

Dans le lit des parents. Dormir avec bébé ?

Przejdź do artykułu
13.03.2018Conseils & Opinions

Lisez chaque jour une histoire à votre enfant – il sera plus intelligent

Przejdź do artykułu
30.11.2017Conseils & Opinions

12 méthodes pour calmer bébé

Przejdź do artykułu
27.02.2018Conseils & Opinions

Dormir, dooormir, se reposer

Przejdź do artykułu
17.03.2017Conseils & Opinions

Le bain c’est super !

Przejdź do artykułu
16.01.2018Conseils & Opinions

Le défi de la poussée dentaire

Przejdź do artykułu
22.05.2018Conseils & Opinions

6 choses que les parents d’un premier enfant devraient savoir

Przejdź do artykułu
19.12.2017Conseils & Opinions

9 conseils pour passer de bonnes Fêtes de Noël (avec bébé)

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

Pourquoi il ne veut pas dormir ?

Przejdź do artykułu
7.08.2018Conseils & Opinions

Quand bébé commence-t-il à faire ses nuits?

Przejdź do artykułu
2.10.2018Conseils & Opinions

8 choses que vous faites tous les jours. Savez-vous quels effets elles ont sur votre enfant ?

Przejdź do artykułu
13.02.2018Conseils & Opinions

Et ça devait être si beau…

Przejdź do artykułu
24.04.2018Conseils & Opinions

Quels souvenirs garde un nouveau-né ?

Przejdź do artykułu
3.11.2017Conseils & Opinions

La bataille des coliques

Przejdź do artykułu
3.07.2018Conseils & Opinions

Que donne une peluche à un enfant?

Przejdź do artykułu
19.06.2018Conseils & Opinions

Nous cherchons une nounou. Les 12 étapes pour parvenir au succès

Przejdź do artykułu
5.06.2018Conseils & Opinions

Maman retourne au travail

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

8 choses que vous apprenez sur vous-même grâce à votre enfant

Przejdź do artykułu
8.05.2018Conseils & Opinions

Les fenêtres de développement, autrement dit : chaque enfant est différent

Przejdź do artykułu
10.04.2018Conseils & Opinions

Pourquoi bébé a des maux de ventre ?

Przejdź do artykułu
28.12.2017Conseils & Opinions

Le sommeil de bébé – ce dont les enfants ont besoin et ce que les parents leurs apportent ?

Przejdź do artykułu
21.08.2018Conseils & Opinions

De la tristesse au lieu de la joie. 6 réponses aux questions sur la dépression.

Przejdź do artykułu
4.09.2018Conseils & Opinions

La sieste du nourrisson – saine, mais comment ?

Przejdź do artykułu

Panier
Il n'y a aucun produit dans le panier!
Continuer les achats