Les fenêtres de développement, autrement dit : chaque enfant est différent

Il n’y a pas d’enfants, il y a des hommes, comme l’a fort justement remarqué Janusz Korczak, le légendaire médecin et pédagogue polonais. Cette affirmation peut être comprise de différentes façons. Il ne s’agit pas seulement de dire que les enfants ont droit au même respect que les personnes adultes. Il s’agit également d’affirmer que les adultes sont tout aussi différents que les enfants.

 

Être dans la norme

Si par une journée bruyante vous vous rendez dans un centre commercial, si vous vous y arrêtez l’espace d’un instant et si vous regardez autour de vous, qu’est-ce que vous verrez ? Très certainement, à des rythmes différents et de manières différentes, vous allez croiser des hommes et des femmes. Ils seront grands, petits, minces et gros, le teint de leur visage sera plus ou moins clair, leurs tempéraments seront différents. Certains se balanceront de gauche à droite en marchant, d’autres seront plus rigides, comme s’ils avaient avalé un bâton, une autre personne, encore, attirera votre attention par son pas souple et dansant. Il n’y a pas deux passants identiques.

Chacune de ces personnes a un jour été un enfant. Et les parents de cet enfant se sont peut-être demandé : « est-il dans la norme ». « Est-ce qu’il est comme les autres enfants ». Est-ce qu’il se développe comme il le devrait, est-ce qu’il s’assied et se lève au même moment que les enfants du même âge, est-ce qu’il mange autant qu’il devrait, est-ce qu’il apprend suffisamment bien à l’école ? Ses progrès sont évalués en référence à un modèle. Mais, en réalité, il n’existe pas un seul modèle.

 

 

Il n’y a pas de meilleur-pire

Après avoir pesé et mesuré le nourrisson, son poids et sa taille sont consignés sur un graphique de croissance en centiles. Comment convient-il de le lire ? Si le résultat de l’enfant se trouve sur le 50e centile, cela signifie qu’environ la moitié des bébés ne sont ni beaucoup plus grands, ni beaucoup moins grands que le vôtre. Lorsqu’un enfant a un résultat de trois centiles, cela veut dire qu’environ quatre-vingt-dix-sept enfants sur cent sont plus grands que lui. Un enfant qui a un résultat de 97 est plus grand que quatre-vingt-dix-sept enfants sur 100.

Est-ce que l’un de ces résultats est meilleur que les autres ? Non. Il n’y a pas ici de différenciation meilleur-pire. Ce n’est qu’un aperçu statistique qui permet d’évaluer le développement. Si, au fur et à mesure que le temps passe, l’enfant reste à un niveau de résultats comparables, cela veut dire que tout va bien. Si un résultat de 50 tombe à 25, il convient de s’interroger pour savoir ce qui ne va pas.

 

Un appétit à la mesure des besoins

Les enfants sont différents les uns des autres, pas seulement du point de vue de la taille et du poids. Ils réagissent différemment aux stimulations, ils ont différentes pressions musculaires, ils ont différents appétits. De nombreuses différences s’expliquent par des prédispositions génétiques. Les scientifiques en savent de plus en plus dans ce domaine, c’est la raison pour laquelle les recommandations relatives à l’alimentation des enfants évoluent. Les tableaux et les recommandations strictes sont de moins en moins appliqués. Le schéma d’alimentation le plus récent déclare clairement que si ce sont les parents qui décident de ce que l’enfant reçoit à manger, c’est à l’enfant de décider combien il mange.

L’appétit de l’enfant est un indicateur important. Il ne convient pas d’encourager l’enfant à manger, de le nourrir de force, de l’amuser, de détourner son attention pour lui faire manger une cuiller de plus. L’enfant sait si cette portion supplémentaire lui est indispensable ou non. Lorsqu’il serre la bouche et qu’il détourne la tête, c’est un signal évident qu’il a mangé à sa faim. Le fait de le pousser à manger au-delà de ses besoins trouble son métabolisme et son sentiment de satiété. Si maintenant nous nous battons pour que notre bébé mange encore un peu de bouillie, dans quelques années, ce même enfant peut devenir quelqu’un qui mange trop peu ou qui souffre d’obésité.

 

 

 

A son propre rythme

En ce qui concerne l’évaluation du développement, son approche est également flexible. Chaque enfant a beaucoup de temps pour apprendre à se tourner d’un côté sur l’autre, à tenir assis, à marcher à quatre pattes et à marcher sur deux jambes. Cette « fenêtre de développement », c’est-à-dire la durée au cours de laquelle la majorité des enfants acquiert une nouvelle compétence. Plus elle est difficile, plus la fenêtre de développement est longue. Par exemple, la maîtrise de la marche se fait entre le 10e et le 18e mois de la vie. Certains enfants seront capables de marcher avant leur premier anniversaire, certains autres auront besoin de presque une demi-année de plus. Tout en restant dans la norme.

 

A petit pas

Les spécialistes qui s’intéressent au développement de l’enfant insistent sur deux questions importantes. La première : dans l’acquisition de nouvelles compétences, il est important que l’enfant continue à faire des progrès mêmes minimes. Est-ce qu’il fait preuve d’énergie, de curiosité, de volonté pour s’exercer à cette nouvelle compétence ? Est-ce qu’il tend la main pour saisir un jouet que nous avons placé hors de sa portée ? L’acquisition de compétences motrices successives est un processus très complexe. Avant de pouvoir marcher à quatre pattes le bébé doit d’abord s’exercer à tourner sur lui-même, à relever la tête, à tendre les mains, à repousser avec ses jambes, à coordonner ses mouvements, à ressentir l’espace… Des petits progrès quotidiens le rapprochent progressivement des étapes fondamentales.

 

 

Sans précipitation

Deuxième question : il ne convient pas de précipiter l’enfant en ce qui concerne l’acquisition de compétences. C’est lui qui doit y parvenir seul. C’est la raison pour laquelle nous n’asseyons pas un bébé qui n’est pas capable de s’asseoir par lui-même, de même que nous ne menons pas par les mains un enfant qui ne sait pas tenir debout. Tout ce que nous pouvons faire et que nous devons faire c’est donner à l’enfant de bonnes conditions de développement. Ce qui est important c’est la liberté des mouvements (un vêtement confortable, l’opportunité de s’amuser sans être bridé), une bonne base pour ramper et marcher à quatre pattes (un sol non glissant), le sentiment de sécurité et la proximité des parents qui est toujours très attrayante pour l’enfant.

 

Le droit à la sensibilité

Le fait que chaque enfant soit différent signifie également que les bébés réagissent de manières différentes, qu’ils se comportent de manières différentes et qu’ils ont des besoins différents. Il y a des enfants qui s’adaptent rapidement aux conditions de vie en dehors du ventre de leur mère après la naissance, ils sont calmes, ils ne souffrent pas de coliques et ils s’endorment facilement. Mais il y a également des bébés pour lesquels l’adaptation dure plus longtemps. Ces enfants peuvent, par exemple, s’endormir plus facilement lorsqu’il y a du bruit, comme, par exemple avec l’Ourson Whisbear qui fait du bruit. Ce bruit rappelle à l’enfant les sons qu’il a entendus quand il était encore dans le ventre de sa mère, ce qui peut avoir un effet apaisant.

 

La meilleure version de soi

Lorsque l’on s’occupe d’un enfant il est important de répondre à ses besoins individuels. Il ne s’agit pas de le dorloter, bien au contraire. Il s’agit de proposer, de manière intelligente et avisée, ce dont l’enfant a besoin, de respecter ses objections et de tenter de comprendre ce dont il a besoin à un moment donné et ce à quoi il est prêt. Il est plus facile d’aider un enfant à se développer lorsque nous sommes conscients du fait qu’il est unique, différent du fils de la voisine, différent de notre nièce ou des autres bébés du même âge. Cela ne sert à rien de comparer des enfants entre eux et encore moins de les obliger à ressembler à quelqu’un qu’ils ne sont pas. Ils doivent devenir la version la meilleure et la plus aimée d’eux-mêmes.

 

Autor: Whisbear

Mogą cię zainteresować

4.09.2018Conseils & Opinions

La sieste du nourrisson – saine, mais comment ?

Przejdź do artykułu
3.07.2018Conseils & Opinions

Que donne une peluche à un enfant?

Przejdź do artykułu
30.11.2017Conseils & Opinions

12 méthodes pour calmer bébé

Przejdź do artykułu
22.05.2018Conseils & Opinions

6 choses que les parents d’un premier enfant devraient savoir

Przejdź do artykułu
13.02.2018Conseils & Opinions

Et ça devait être si beau…

Przejdź do artykułu
2.10.2018Conseils & Opinions

8 choses que vous faites tous les jours. Savez-vous quels effets elles ont sur votre enfant ?

Przejdź do artykułu
30.01.2018Conseils & Opinions

BABI : enfants (et parents) aux besoins intenses

Przejdź do artykułu
5.06.2018Conseils & Opinions

Maman retourne au travail

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

Pourquoi il ne veut pas dormir ?

Przejdź do artykułu
7.08.2018Conseils & Opinions

Quand bébé commence-t-il à faire ses nuits?

Przejdź do artykułu
21.08.2018Conseils & Opinions

De la tristesse au lieu de la joie. 6 réponses aux questions sur la dépression.

Przejdź do artykułu
19.06.2018Conseils & Opinions

Nous cherchons une nounou. Les 12 étapes pour parvenir au succès

Przejdź do artykułu
16.01.2018Conseils & Opinions

Le défi de la poussée dentaire

Przejdź do artykułu
17.03.2017Conseils & Opinions

Le bain c’est super !

Przejdź do artykułu
27.02.2018Conseils & Opinions

Dormir, dooormir, se reposer

Przejdź do artykułu
19.12.2017Conseils & Opinions

9 conseils pour passer de bonnes Fêtes de Noël (avec bébé)

Przejdź do artykułu
3.11.2017Conseils & Opinions

La bataille des coliques

Przejdź do artykułu
24.04.2018Conseils & Opinions

Quels souvenirs garde un nouveau-né ?

Przejdź do artykułu
10.04.2018Conseils & Opinions

Pourquoi bébé a des maux de ventre ?

Przejdź do artykułu
13.03.2018Conseils & Opinions

Lisez chaque jour une histoire à votre enfant – il sera plus intelligent

Przejdź do artykułu
27.03.2018Conseils & Opinions

Dans le lit des parents. Dormir avec bébé ?

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

8 choses que vous apprenez sur vous-même grâce à votre enfant

Przejdź do artykułu
28.12.2017Conseils & Opinions

Le sommeil de bébé – ce dont les enfants ont besoin et ce que les parents leurs apportent ?

Przejdź do artykułu

Panier
Il n'y a aucun produit dans le panier!
Continuer les achats