De la tristesse au lieu de la joie. 6 réponses aux questions sur la dépression.

Une mère sur 5-10 souffre après l’accouchement de dépression post-partum. Ce n’est pas du baby blues, c’est souvent une maladie grave.

La dépression post-partum est l’une de ces maladies sur lesquelles circulent de nombreux mythes. Les personnes qui n’ont pas elles-mêmes souffert de dépression pensent souvent que la dépression est une « frivolité», une «faiblesse», une «volonté d’attirer l’attention sur soi», une «paresse» ou encore un effet de «mode». Ce sont des croyances injustes et fausses. La dépression post-partum est une maladie qui nécessite un traitement, et la famille touchée a besoin de compréhension et d’aide.

Est-ce que chaque saut d’humeur après l’accouchement est déjà une dépression ?

Non. Il peut y avoir plusieurs raisons à la détérioration de l’humeur, ces conditions diffèrent également dans les symptômes.

Chez la plupart des femmes, quelques jours après l’accouchement, apparaît ce que l’on appelle le baby blues. Cela est causé par de violents changements hormonaux survenant dans le corps de la femme après l’accouchement. Le Baby blues dure peu de temps (de quelques jours à quelques semaines) et disparaît généralement tout seul. Cela se reconnaît par l’envie de pleurer de la jeune mère, qui est irritable, qui passe facilement de la bonne humeur à la dépression. Cependant, la femme fonctionne normalement, mange et dort comme d’habitude, ne ressent pas un sentiment accru de culpabilité, ni de pensées suicidaires. Contrairement au baby blues, la dépression apparaît généralement plus tard (quelques semaines-mois après l’accouchement) et dure plus longtemps.

Les sauts d’humeur (n’étant pas une dépression) peuvent aussi être associés à la fatigue, par exemple lorsqu’un enfant pleure beaucoup à cause des coliques.

Il arrive parfois qu’après une naissance traumatique particulièrement difficile, les femmes soient tourmentées par les souvenirs et les émotions difficiles associées à cette expérience. Ensuite, il est bon d’obtenir de l’aide d’un thérapeute pour surmonter le traumatisme. Cependant, ce n’est pas une dépression.

Comment reconnaître la dépression post-partum?

La dépression peut se manifester par divers symptômes. Tout d’abord, il s’agit d’un sentiment d’abattement de longue durée, d’un manque de volonté à faire des choses qui apportaient auparavant le bonheur, ainsi que d’un retrait. Une personne déprimée peut souvent pleurer ou être distante, comme si elle était derrière un verre, enfermée dans son monde. La maman dépressive peut ne pas apprécier le plaisir du contact avec l’enfant, elle peut aussi avoir un peu peur de lui. Parfois elle perd l’appétit et du poids, ou alors elle peut manger en grandes quantités, en « dévorant » cette tristesse, provoquant une prise de poids. Les symptômes classiques de la dépression sont des problèmes de sommeil (insomnie ou journées complètes à dormir) – mais il est difficile de distinguer un tel symptôme chez la jeune mère – le nourrisson ne nous donne généralement pas autant de sommeil que nécessaire et les troubles du sommeil peuvent échapper à l’attention.

Les symptômes courants de la dépression sont : la culpabilité et une faible estime de soi-même. Une femme en dépression post-partum a une image déformée d’elle-même et de son avenir. Ce n’est pas seulement de la tristesse. C’est un sentiment écrasant de tristesse et de désespoir qui paraît sans issue. Si une femme développe des pensées suicidaires, il est nécessaire et urgent d’obtenir une aide psychologique ou psychiatrique.

Pourquoi dit-on que la dépression doit être traitée ?

La dépression peut avoir des symptômes différents. Certaines femmes en dépression post-partum souffrent et se referment sur elles-mêmes, perdant le contact avec leurs proches, surtout avec leur propre enfant. La maladie fait que la mère est dans son monde, concentrée sur sa douleur. Elle n’établit pas de relation avec le nourrisson. Ainsi, elle ne le regarde pas avec un sourire, elle ne lui parle pas tendrement et calmement, elle n’apaise pas sa peur. Un tel début de maternité est une perte énorme pour la mère. L’enfant perd également : il peut avoir des difficultés à gérer  les émotions dans le futur.

Une forte dépression doit être traitée parce que c’est une maladie qui menace la sécurité et la vie.

Devez-vous prendre des médicaments quand vous déprimez ? Devez-vous cessez alors d’allaiter ?

Le traitement de la dépression repose sur une thérapie menée par un psychothérapeute expérimenté. La thérapie est souvent associée à l’administration de médicaments appropriés prescrits par un psychiatre.

Il existe des médicaments que vous pouvez prendre sans arrêter l’allaitement. Cela est d’autant plus important que l’allaitement maternel a un effet positif supplémentaire pour de nombreuses femmes : il améliore l’humeur, soulage la fatigue et favorise les relations avec l’enfant. Il est bon d’essayer de choisir un traitement pour que la maman puisse allaiter. Si, toutefois, pour une raison quelconque, cela est impossible, on considère qu’il faut d’abord aider la mère à sortir de la dépression, même si pour la traiter elle doit cesser d’allaiter l’enfant.

Pouvez-vous sortir de la dépression post-partum par vous-même ?

Beaucoup de femmes en dépression post-partum ne suivent pas de thérapie ni de traitement. Peut-on dire qu’elles sortent elles-mêmes de la dépression? Bien sûr, il se peut qu’avec une maladie moins grave au fil du temps, les symptômes diminuent ou disparaissent. Surtout si une femme a le soutien de son partenaire, de sa famille et trouve un cercle de personnes étant dans une situation similaire – alors il est plus facile de faire face à la tristesse.

Mais ce n’est pas toujours le cas. Sans le soutien d’un psychologue ou d’un thérapeute, il est difficile de découvrir les causes de la dépression. Sa source peut être dans une relation difficile avec les parent. Elle peut être également associée au manque de soutien du partenaire ou à des problèmes de personnalité. Une thérapie bien menée peut vous aider à ordonner les choses les plus importantes dans votre tête, à croire en vous-même. Pourquoi est-ce si important ? Ne serait-ce pour soutenir l’enfant à l’avenir et surtout ne pas faire de sérieuses erreurs éducatives.

Pourquoi la dépression post-partum se produit-elle?

Il n’y a pas un seul facteur qui cause la dépression post-partum. Il s’agit généralement d’une combinaison de plusieurs problèmes, par exemple des sentiments de solitude, de fatigue, de manque de soutien et de changements hormonaux. La dépression est plus susceptible de se produire chez les personnes qui ont eu des problèmes émotionnels dans le passé, qui se sentent souvent anxieuses, qui ont des relations difficiles avec leurs parents. En outre, il peut y avoir des problèmes avec l’argent, le manque de logement, la peur de l’avenir professionnel ou d’autres questions banales. Cela dépend beaucoup de la façon dont la grossesse s’est déroulée et si elle a été planifiée. Paradoxalement, la dépression peut survenir chez une femme, qui est devenue mère par accident, comme chez une mère dont l’enfant est venu après des années d’attente.

Il arrive que la dépression apparaisse déjà au stade de la grossesse. Il est bon alors d’aller voir un psychologue et de parler de ce qui inquiète et retire la joie d’agrandir la famille. Une aide professionnelle, comme le soutien des proches, peut vous aider à retrouver votre équilibre émotionnel et votre confiance dans un bon avenir.

Autor: Whisbear

Mogą cię zainteresować

17.03.2017Conseils & Opinions

Le bain c’est super !

Przejdź do artykułu
24.04.2018Conseils & Opinions

Quels souvenirs garde un nouveau-né ?

Przejdź do artykułu
22.05.2018Conseils & Opinions

6 choses que les parents d’un premier enfant devraient savoir

Przejdź do artykułu
28.12.2017Conseils & Opinions

Le sommeil de bébé – ce dont les enfants ont besoin et ce que les parents leurs apportent ?

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

Pourquoi il ne veut pas dormir ?

Przejdź do artykułu
13.02.2018Conseils & Opinions

Et ça devait être si beau…

Przejdź do artykułu
8.05.2018Conseils & Opinions

Les fenêtres de développement, autrement dit : chaque enfant est différent

Przejdź do artykułu
16.01.2018Conseils & Opinions

Le défi de la poussée dentaire

Przejdź do artykułu
13.03.2018Conseils & Opinions

Lisez chaque jour une histoire à votre enfant – il sera plus intelligent

Przejdź do artykułu
3.07.2018Conseils & Opinions

Que donne une peluche à un enfant?

Przejdź do artykułu
4.09.2018Conseils & Opinions

La sieste du nourrisson – saine, mais comment ?

Przejdź do artykułu
27.02.2018Conseils & Opinions

Dormir, dooormir, se reposer

Przejdź do artykułu
30.11.2017Conseils & Opinions

12 méthodes pour calmer bébé

Przejdź do artykułu
19.12.2017Conseils & Opinions

9 conseils pour passer de bonnes Fêtes de Noël (avec bébé)

Przejdź do artykułu
30.01.2018Conseils & Opinions

BABI : enfants (et parents) aux besoins intenses

Przejdź do artykułu
10.04.2018Conseils & Opinions

Pourquoi bébé a des maux de ventre ?

Przejdź do artykułu
5.06.2018Conseils & Opinions

Maman retourne au travail

Przejdź do artykułu
7.08.2018Conseils & Opinions

Quand bébé commence-t-il à faire ses nuits?

Przejdź do artykułu
19.06.2018Conseils & Opinions

Nous cherchons une nounou. Les 12 étapes pour parvenir au succès

Przejdź do artykułu
27.03.2018Conseils & Opinions

Dans le lit des parents. Dormir avec bébé ?

Przejdź do artykułu
3.11.2017Conseils & Opinions

La bataille des coliques

Przejdź do artykułu
2.10.2018Conseils & Opinions

8 choses que vous faites tous les jours. Savez-vous quels effets elles ont sur votre enfant ?

Przejdź do artykułu
4.11.2017Conseils & Opinions

8 choses que vous apprenez sur vous-même grâce à votre enfant

Przejdź do artykułu

Panier
Il n'y a aucun produit dans le panier!
Continuer les achats